-

Covéa se dote d'un statut commun pour les 21 000 collaborateurs français

Deux organisations syndicales (CFDT et UNSA) représentant plus de 50% des salariés viennent de signer les 13 accords Groupe qui se substituent aux plusieurs centaines d'accords historiques propres à MAAF, MMA et GMF régissant jusqu'alors les relations de ces sociétés avec leurs personnels.

«Après le pilier juridique -la Sgam-, le pilier économique -Covéa Coopérations-, ce statut commun constitue le 3ème pilier, celui du social, indispensable à l'aboutissement de la construction de l'Entreprise Unique Covéa. Il conjugue modernité pour le Groupe et attractivité pour les collaborateurs», déclare Thierry Derez, Président-directeur général de Covéa.

« A l'heure des défis de la relation client, ce statut commun représente de réelles avancées en termes d'organisation du temps de travail, qu'il s'agisse d'annualisation, de travail le samedi ou d'élargissement des créneaux horaires d'accueil des clients. 
Par ailleurs, sa mise en place se traduira par des économies significatives en ce qui concerne l'administration du personnel grâce à un système d'informations commun, tant en ce qui concerne les bases de données que la gestion de la paie. Les managers bénéficieront également d'un effet de simplification de leur relation avec leurs équipes grâce à l'unicité de l'environnement conventionnel », commente Michel Gougnard, Directeur Général Ressources Humaines & Communication Interne.

« Au terme de moins de deux ans de négociations, ce statut commun est à la fois porteur d'équité, d'attractivité et d'épanouissement pour nos collaborateurs. Bon nombre de ses dispositions, qu'il s'agisse du temps de travail, de participation, d'intéressement, d'abondement, de protection sociale, de retraite, peuvent être qualifiées de haut de gamme.
Par ailleurs, en ces temps de transformation de la relation client, la complétude des accords négociés facilitera la mobilité métier et géographique des collaborateurs au sein du Groupe » complète Amaury de Hauteclocque, Directeur des Affaires Sociales du Groupe.

Ce statut commun entrera en vigueur à compter du 1er janvier 2018 et s'appuiera sur des outils informatiques 100% Groupe en juin 2018.

Enfin, sa signature ouvre également la perspective de la mise en place d'une UES Groupe tout début 2018.