Sondage OpinionWay pour Covéa, Verisure et Saretec : Les Français et le cambriolage

19 juin 2019, par Covea

Sondage OpinionWay pour Covéa, Verisure et Saretec : Les Français et le cambriolage, 9 Français sur 10 ont des comportements à risque et manquent de vigilance

  • 63% des Français ont déjà été confrontés à un cambriolage et 53% craignent fortement d'être cambriolés
  • 9 Français sur 10 commettent régulièrement des négligences qui les exposent aux risques
  • Le Top 5 des comportements à risque 
  • Sur les réseaux sociaux , 44% des Français ont déjà eu des comportements qui peuvent être considérés comme à risque
  • Fausse idée:  1 Français sur 3 pense que la plupart des cambriolages ont lieu la nuit ou le week-end !
  • Attention :  20% des Français cachent leurs objets de valeur dans la chambre parentale !
  • Le niveau de sécurisarisation est encore faible : 52% des Français ne possèdent aucun équipement pour protéger leur logement

Covéa (MAAF, MMA, GMF), Verisure et Saretec, fondateurs de l’Observatoire de la Sécurité des Foyers, publient aujourd’hui les résultats d’un sondage* réalisé par OpinionWay sur les Français et le cambriolage.  Une enquête inédite qui révèle les comportements à risque des Français, leurs idées reçues sur les effractions, les populations les plus exposées, et fait le point sur leurs niveaux de protection.
A la veille des congés d’été, lumière sur un fait de société pour contribuer à réduire ce  risque auxquel tous sont potentiellement exposés.

La réalité des cambriolages et la vulnérabilité des logements

Pour une part importante de Français, le cambriolage constitue une menace et représente pour eux une vraie préoccupation. Ainsi, près d’1 Français sur 5 a déjà subi un cambriolage. Un pourcentage qui s’élève à 28% pour les habitants de maisons individuelles isolées. Plus largement, 63% des Français ont déjà été confrontés au cambriolage , soit eux-mêmes directement, soit une personne de leur entourage. Et plus d’un Français sur 2 (57%) craint fortement que son logement soit cambriolé ou squatté.

Le niveau de sécurisation du domicile est en France relativement faible : 26% seulement des personnes interrogées disposent d’une vraie solution de sécurité. 20% seulement des résidents en rez-de-chaussée ont des grilles à leurs fenêtres, seuls 29% des logements sont équipés de portes blindées, 26% de systèmes de sécurité, et 8% seulement de coffres-forts (18% pour les résidences secondaires).

*Enquête Opinionway pour Covéa, Verisure et Saretec, réalisée du 30 avril au 9 mai 2019 , auprès d’un échantillon de 1523 individus représentatif de la population française âgée de 18 à 75 ans.

Au global, 52% des Français ne possèdent aucun équipement de sécurité de qualité, les autres ayant uniquement recours à des solutions dissuasives. Enfin, 6 Français sur 10 ne connaissent pas le niveau de couverture prévu dans leur contrat d’assurance habitation.

Des comportements à risque largement répandus !

Malgré leurs craintes d’être cambriolés, les Français font souvent preuve de négligence, commettent des imprudences et s’exposent ainsi aux risques. Lorsque l’on les interroge  sur leurs habitudes dans leur domicile,  il s’avère que 9 Français sur 10 adoptent des comportements à risque qui les rendent vulnérables et facilitent le travail des cambrioleurs.

TOP 5 des comportements à risque  :

    • Laisser des fenêtres ouvertes lorsqu’on est dans une autre pièce
    • Laisser les fenêtres ouvertes la nuit lorsqu’il fait chaud
    • Ne pas fermer à clé quand on est dans son domicile
    • Laisser en cas d’absence des objets à l’extérieur du domicile
    • Laisser les volets ouverts la nuit

Parmi les autres comportements à risque, 23% peuvent laisser des fenêtres ouvertes en leur absence, et 14% ne ferment pas toujours à clé lorsqu’ils vont faire une course rapide. Enfin, les Français cachent leurs objets de valeur souvent de façon groupée, dans des endroits faciles à trouver : 20% cachent leurs objets de valeur dans la chambre parentale !

Les populations les plus exposées par leur comportement :

Certaines populations sont moins vigilantes que d’autres. Les jeunes sont moins attentifs aux précautions à prendre : 53% des 18-34 ans adoptent au moins 5 comportements à risque. Ils sont 45% parmi les CSP+. De même , 61% des propriétaires de résidences secondaires commettent des imprudences et 52% des habitants de maisons individuelles sans voisins. On note aussi que les Franciliens sont plus nombreux à laisser les volets ouverts la nuit, à laisser des fenêtres ouvertes en leur absence ou encore à ne pas fermer à clé lorsqu’ils vont faire une course rapide.

Les réseaux sociaux, une mine d’information pour les malfaiteurs

44% de Français ont déjà eu sur les réseaux sociaux des comportements qui peuvent être considérés comme à risque. Une fois encore, les plus jeunes se distinguent, puisque la proportion monte à 68% auprès de cette population :  44% postent des photos sur les réseaux sociaux lorsqu’ils sont en vacances, 26% signalent sur les réseaux sociaux qu’ils sont en vacances, ou encore 24% qu’ils vont rentrer de vacances.

Combattre les idées reçues pour mieux se protéger

Les idées reçues sur le cambriolage sont nombreuses parmi les Français. Par exemple, 1 Français sur 3 se trompe en pensant que la plupart des cambriolages ont lieu la nuit ou le week-end. Or dans la réalité, 70% des cambriolages ont eu lieu en journée, 79% en semaine et 21% le week-end, dans 1/3 des cas quelqu’un est présent dans le logement.
En termes de saisonnalité , les mois d’hiver (novembre, janvier) sont négligés comme pouvant être des mois à risque pour les cambriolages.
Par ailleurs, 43% des Français pensent que l’argent liquide est le butin le plus recherché par les cambrioleurs alors que ce sont les bijoux qui suscitent le plus leurs convoitises.

Pour rappel, 249 000 cambriolages effectifs ont eu lieu en France en 2017, une recrudescence de +2,5% par rapport à 2016, soit 1 cambriolage toutes les 2 minutes.

« Cette enquête sur le cambriolage pointe la forte proportion des comportements à risque chez beaucoup de Français, leur méconnaissance de la réalité du phénomène, mais aussi leur inquiétude quant à la menace qu’il représente. Ces constats nous confortent dans notre démarche de mieux informer et sensibiliser les Français à travers l’Observatoire de la Sécurité des Foyers »,  commente Xavier Ducurtil, Directeur marketing Covéa.

« Les techniques des cambrioleurs sont de plus en plus sophistiquées. Leurs modes opératoires sont basés sur la rapidité et les technologies. Nous nous devons de proposer aux Français des systèmes de sécurité innovants, capables de dissuader les tentatives d’intrusion ou de réagir en un temps record. Il est important de sensibiliser les Français à ces évolutions afin de minimiser leurs risques »  commente Olivier Horps, Directeur marketing Verisure.

 « Les Français sont de plus en plus connectés et notamment les plus jeunes, qui sont nombreux à ignorer les risques auxquels ils s’exposent lorsqu’ils partagent leur quotidien sur leurs réseaux sociaux. Ces pratiques qui peuvent nous sembler anodines aujourd’hui, se révèlent être en réalité, des sources d’information précieuses pour les cambrioleurs alors informés d’une absence prolongée – lors de départ en vacances – ou de la valeur des biens présents dans le domicile. Il nous semble important de sensibiliser les Français au bon usage des réseaux sociaux lorsque la sécurité du foyer est en jeu. », commente Jean-Philippe Raymondis, Directeur adjoint de Saretec.

En savoir plus sur L'Observatoire de la sécurité des foyers 

Expert

Ces contenus pourraient aussi vous intéresser